LE MAGHREB EN VOIE D’UKRAINISATION

Le Maghreb, c’est 90 millions d’habitants, quatre Etats (Maroc, Algérie, Tunisie, Lybie), trois régionalismes (Ligue Arabe, Union pour la Méditerranée, Union Africaine), deux grandes ethnies (Berbère, Kabyle), et une religion (Islam). A travers cet article, nous nous attarderons sur l’avenir économico-politique de la région. Pour cela, nous partons du paradigme centre/périphérie, qui estime qu’un pays économiquement dépendant d’un centre technologique ne peut entrer en confrontation politique avec ce centre. C’est le cas du Maghreb.

 Une économie périphérique dépendante du centre européen

Nous pouvons classer les économies du Maghreb selon deux catégories : le Maroc et la Tunisie, exportatrice de produits manufacturés à faible valeur ajoutée, spécialisée dans le tourisme et l’agriculture ; l’Algérie et la Lybie, financièrement dépendante de ses ressources énergétiques et de leurs exportations. Dans les deux cas, le Maghreb dépend  économiquement de l’Europe (entre 50 et 80% de son commerce selon les pays, alors que 7% de son commerce se fait avec le monde arabe, et seul 6% entre

Cette situation est, dans un premier temps, historique. Durant l’Empire Romain, l’Algérie était le grenier à blé de Rome et Essaouira (Maroc) regroupait les meilleurs menuisiers de la mare nostrum, vers qui la production était naturellement orientée. La colonisation a répété cette situation, en en faisant une chasse-gardée européenne (française surtout). Mais c’est en 1995[1] qu’est apparue une stratégie institutionnalisante globale de « régionalisme périphérique »[2] au profit de l’Union Européenne.

« Nobody can deny that the [Mediterranean] region is a major strategic priority for Europe »[3]. En plus d’un réservoir de main d’œuvre bon marché susceptible d’attirer les entreprises européennes à faibles valeurs ajoutées (les centres téléphoniques font souvent l’actualité, la construction automobile également), il s’agit aussi d’un maillon essentiel dans la politique Européenne de contrôle migratoire. La théorie est la suivante : (1) gains commerciaux dûs à un accroissement des échanges économiques ; (2) renforcement des réformes politiques au sud (stabilité, démocratie libérale…) ; (3) renforcement de la capacité de négociation de l’Union Européenne vis-à-vis des Etats Unis et de l’Asie par la création d’une zone économique plus puissante ; (4) la mise en place de garanties financières, à mêmes  de rassurer les investisseurs vis-à-vis des pays du sud. Tout le monde est gagnant. Vraiment ?

Bénéfice économique, coût politique

Le développement des échanges économiques et financiers depuis 2000 est important, particulièrement  pour le Maroc ou la Tunisie. Nombreuses sont les sources relatant l’accroissement du commerce depuis les années 2000 et la mise en œuvre des accords d’associations bilatéraux prévues par le Processus de Barcelone. Mais s’agissant des transferts technologiques, au risque de demeurer un territoire frontière en marge de l’Union Européenne, ils devront attendre.

Car ce sont les Pays d’Europe Centrale et Orientale (PECO) à qui revient  la majorité des Investissements Directes Etrangers de l’Union Européenne. Le problème est le suivant :

Le Maghreb à une spécialisation économique (textile, agriculture, industrie à faible valeur ajoutée) en concurrence directe avec les PECO, comme la Roumanie ou la Bulgarie par exemple. Or, l’argument phare des européens vis-à-vis de leurs homologues maghrébins est le transfert de technologie qui s’est vérifié dans le développement de l’Asie (Japon, puis Corée du Sud, puis Thaïlande, maintenant Indonésie et Birmanie). Mais dans notre cas, les institutions européennes ont plus avantage à effectuer un transfert technologique vers les PECO, qui sont partie intégrante de l’Europe politique et donc naturellement priorisés, que vers l’Afrique du Nord, politiquement instable, socialement explosive et culturellement différenciée[4]. Aujourd’hui, alors que chaque PECO utilise plus de 24 000 brevets étrangers, les pays du Maghreb se contentent de 233. Délocalisation oui, mais le transfert technologique essentiel au développement et à l’indépendance économique est trop risqué. En devenant l’usine de l’Europe (le Maghreb étant plus facilement contrôlable que l’Asie, et donc bénéfique pour le centre politique de l’Union Européenne),  les pays d’Afrique du nord se mettent dans une situation de dépendance politique sans possibilité d’émancipation technologique et donc d’indépendance politique à long  terme. C’est devant cette constatation pessimiste d’une vassalisation économique que l’idée d’un régionalisme sud/sud s’est développé.

Vers une ukrainisation ?

Deux Zones de Libre Echange peuvent se chevaucher (le Maroc à une zone de libre échange avec l’ALENA, l’UE et la Ligue Arabe par exemple), au contraire des Unions Douanières, par exemple. C’est pour cela que l’Ukraine a été obligée de choisir entre l’Union Européenne et la Communauté des Etats Indépendants[5].

Aujourd’hui, pas d’Union Douanière concurrente de l’Union Européenne au Maghreb. Certes. Mais  la Ligue Arabe comme  l’Union Africaine ont cette prétention, inscrite dans leurs statuts. C’est donc une construction  institutionnelle qui ne manquera pas d’être mise en place à moyen/longs terme. Mais sans même parler d’Unions Douanières, qui obligeraient le Maghreb à choisir entre plusieurs grands ensembles, la somme des actes et traités signés rend déjà incompatibles  entre eux nombre d’accords, qui coexistent pourtant.

Car le Maghreb fait partie de trois régionalismes qui ont tous la même vocation économico-politique : la Ligue Arabe,  L’Union Européenne,  et l’Union Africaine (sauf le Maroc à cause du Sahara Occidental). On peut y ajouter l’Union du Maghreb Arabe (qui comprend les quatre pays maghrébins), aujourd’hui morte sous les assauts des trois autres régionalismes concurrents. Car on ne peut appartenir à deux de ces organisations à la fois et à long terme. Aujourd’hui, le Maghreb est donc tiraillé entre trois régionalismes, chacun en recherche d’indépendance économique, sans lesquels toute prétention politique au niveau international devient ineffective .Un stratégie commune, comme le montre le tableau suivant :

Ligue Arabe Union Africaine Union Européenne
« Des négociations entre les parties concernées auront lieu afin de fixer […] les restrictions […] à imposer aux produits importés des pays non Arabes, produits concurrentiels ou de remplacement aux produits Arabes […]. Les Etats Parties décideront d’un avantage comparatif pour les produits Arabes, pour faire face aux produits non Arabes concurrentiels ». [6] Création d’une « union économique intégrale »[7] « Convaincus de la nécessité [de] la Communauté économique […] et de faire face […] aux défis de laMondialisation » ; « créer les conditions appropriées permettant au continent de jouer le rôle qui est le sien dans l’économie mondiale et dans les négociations internationales » ; « promotion de l’auto-dépendance collective, dans le cadre de l’Union » [8]. Création d’une Union Economique, doté d’une monnaie commune pour 2023[9] Le projet contient de nombreux volets, (cf note 10). L’Europe doit « accompagner » les pays méditerranéens « sur le chemin de la démocratie en proposant des initiatives fortes qui répondent aux besoins de ces pays et concrétisent la solidarité [économique] entre les deux rives de la Méditerranée ».[10] Pas d’objectifs clairement établis, les relations étant bilatérales (Europe vs pays du sud), chaque pays a un statut particulier.

 

On ne peut privilégier les exportations vers les Etats Arabes tout en ayant une zone de libre échange avec l’Union Européenne. L’Union Africaine, de son coté, ne pourra se prévaloir d’un rôle de poids dans les négociations internationales si elle est technologiquement dépendante de l’Union Européenne. Impossible également de créer une Union Douanière si les droits de douanes sont abolis entre le Maghreb et l’Europe (dans le cadre des accords d’association bilatéraux).

Cette division était claire dans les années 2000 quand Mohamed VI (Maroc) était pro-européen, Bouteflika (Algérie) pro-arabe et Kadhafi (Lybie) pro-Africain. Economiquement européen, culturellement arabe mais géographiquement africain, nous pouvons de façon tout à fait raisonnable prévoir quelques beaux conflits dans les décennies à venir. Le Maghreb saura t-il devenir une région intermédiaire favorisant le dialogue entre les trois continents, ou bien sera-t-il forcé, à l’instar de l’Ukraine, de choisir son camps ?

[1] Le Processus de Barcelone est signé en 1995 entre 15 pays européens et 12 pays méditerranéen pour une coopération multiforme mais surtout économique, et à visé politique au longs terme : l’Union pour la Méditerranée.

[2] http://region-developpement.univ-tln.fr/fr/pdf/R22/R22_sintro_Hugon.pdf p.12

[3] Institute European for the Mediterranean Yearbook 2013 p.71

[4] Fayçal YACHIR , La Méditerranée dans la révolution technologique, L’harmattan, 1992.

[5] http://www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/cercle-86651-lukraine-face-a-un-choix-traite-dassociation-avec-lue-ou-union-douaniere-avec-la-russie-1002291.php

[6] Accord de Facilitation des Echanges Commerciaux ; article 8. Sinon, se reporter à la Charte de la Ligue Arabe ici : http://avalon.law.yale.edu/20th_century/arableag.asp

[7] Institution créé par le traité de 1957

[8] Disponible ici : http://unpan1.un.org/intradoc/groups/public/documents/idep/unpan003043.pdf. Citacion du préambul, de l’article 3-i et 3-k

[9] http://web.archive.org/web/20060712034155/http://news.bbc.co.uk/2/hi/africa/country_profiles/3870303.stm

[10] http://archive.wikiwix.com/cache/?url=http://www.deputes-socialistes.eu/?p=5942&title=Communiqu%C3%A9%20de%20presse%20de%20la%20D%C3%A9l%C3%A9gation%20socialiste%20fran%C3%A7aise%20au%20Parlement%20europ%C3%A9en%20appelant%20%C3%A0%20la%20cr%C3%A9ation%20d%27un%20partenariat%20Erasmus-Euromed Le texte fondateur du Processus de Barcelone est disponible ici : http://www.eeas.europa.eu/euromed/docs/bd_en.pdf, et pour une analyse global des objectifs européen : http://www.robert-schuman.eu/fr/questions-d-europe/0105-integration-regionale-processus-de-barcelone-et-union-pour-la-mediterranee-quels-scenarios

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s